La silice existe à l’état libre sous deux formes : Cristalline ou amorphe et à l’état combiné sous forme de silicates.
La silice entre dans les catégories particules fines et grossières.

SILICE CRISTALLINE GRAPHIQUE 1

La silice cristalline

A l’état naturel, la silice cristalline (notamment le Quartz) est présente dans de nombreuses roches (grès, granite, sable). De ce fait, la silice cristalline est présente dans de nombreux produits, comme les bétons, les mortiers, les enduits de façade, etc…

La silice cristalline peut être utilisée comme matière première dans certains procédés industriels, comme la fabrication du verre. Elle se trouve également sous forme de poussières dans l’air dans de nombreuses activités :

  • Extractions de granulats et minéraux industriels
  • Taille de la pierre
  • Fabrication de prothèses dentaires
  • Fonderie
  • Verrerie
  • Cristallerie
  • Bijouterie
  • Industrie de la céramique et de la porcelaine
  • Bâtiments des travaux publics (BTP)

Selon l’enquête SUMER de 2017, environ 358 000 salariés seraient exposés à la silice sous diverse forme.

Les effets sur la santé de la silice cristalline peuvent être particulièrement graves et invalidants. Les symptômes apparaissent en général après plusieurs années d’exposition.

Les poussières de silice cristalline peuvent induire une irritation des yeux et des voies respiratoires, des bronchites chroniques et une fibrose pulmonaire irréversible nommée silicose.

SILICE CRISTALLINE GRAPHIQUE 2

La silice amorphe

La silice amorphe d’origine naturelle correspond à la terre de Diatomée, elle est utilisée comme insecticide ménager, dans la fabrication des peintures et les travaux ménagers comme produits réfractaires ou abrasifs dans certaines industries. Cette fibre est aussi produite par certaines plantes et peut-être inhalée lors de travaux agricoles.

La silice amorphe d’origine synthétique est retrouvée dans l’industrie comme agent épaississant (résine, peinture, encre, …) ou dans la clarification de la bière et du vin. Utilisée comme agent fluidifiant, la silice amorphe entre dans la composition de produit de consommation, comme les produits cosmétiques, pharmaceutiques, dentifrices, ou additifs alimentaires.

Contrairement à la silice cristalline, la toxine de la silice amorphe demeure faible.

Démarche de prévention

L’évaluation des risques doit conduire à inventorier les matériaux, produits ou procédés de travail susceptibles d’émettre des poussières de silice cristalline. Il convient ensuite d’identifier les conditions dans lesquelles des salariés pourraient être exposés, puis d’évaluer le niveau d’exposition.

Les poussières les plus dangereuses de silice cristalline (le plus fines), sont invisibles à l’œil nu et une atmosphère apparemment peu ou pas polluée n’est pas d’innocuité. Des mesures de contrôle sont donc généralement nécessaires pour attester de l’exposition ou évaluer son niveau.

Comment évaluer les risques ?

Choisir le bon matériel est la première chose à faire ! Heureusement pour vous, vous êtes au bon endroit 😉
Dans la partie Exemple 1 : Exposition à la silice cristalline du document Métrologie des Particules Fines et Ultrafines en Environnement de Travail rédigé par l’INRS, que vous retrouvez dans les sources en bas de page, il est indiqué le type d’appareil à utiliser pour ce type de prélèvement ainsi que les accessoires nécessaires.

SILICE CRISTALLINE GRAPHIQUE 3
  • Pompe de prélèvement d’air

Notre pompe opérateur APEX 2 de la marque Casella, conforme à la norme EN13137, convient à plusieurs applications de prélèvement liées à la santé au travail, allant du simple échantillonnage de la réduction du plomb et de l’amiante, aux contrôles d’hygiène industrielle plus spécialisés des poussières, fumées et vapeurs.

Accompagnée d’une cassette de prélèvement et cyclone Dorr Oliver, disponibles chez ATC et également de la marque Casella, vous pouvez respecter avec certitude les méthodes de prélèvement.

  • Analyseur de poussière

Le Microdust Pro de la marque Casella est un analyseur de poussière permettant d’évaluer les risques des concentrations de poussières et aérosols.

Associé à la pompe de prélèvement d’air APEX 2, le Microdust Pro peut se transformer en station de surveillance portable, pour les mesures de courtes durées (jusqu’à 13 heures).

Combiné avec des filtres spécifiques, vous pouvez cibler les mesures de taille PM10, PM2.5 ou respirable.

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager par e-mail
Retour haut de page

Newsletter

Recevez toute l'actualité ATC