La chaudière à condensation : Comment ça marche ?

La chaudière produit de la chaleur en brûlant du gaz naturel. Dans une chaudière standard ou basse température, les fumées et la vapeur d’eau issues de la combustion du gaz naturel sont rejetées dans l’atmosphère au lieu d’être totalement exploitées.

Au lieu de les rejeter dans l’atmosphère, la chaudière à condensation récupère ses fumées, les refroidit pour créer de la vapeur d’eau et condense cette vapeur pour tirer profit de leur énergie thermique.

https://particuliers.engie.fr

Pourquoi utiliser une pompe de relevage pour chaudière ?

La pompe de relevage d’une chaudière est un accessoire qui permet de propulser les condensats en l’absence de toute évacuation gravitaire. C’est notamment le cas lorsque la pente d’évacuation est trop faible.
La pompe de relevage va évacuer les condensats vers le réseau d’assainissement des eaux usées via un tuyau de refoulement de faible diamètre.

https://sfa.fr

Dans quels cas utitiliser une pompe de relevage pour chaudière ?

La variation de température des fluides dans une installation hydraulique entraîne une condensation qui génère des condensats. C’est notamment le cas des chaudières à condensation ou des climatiseurs. Pour évacuer ces condensats de manière efficace, la pompe de relevage à condensats est la solution idéale.

Dès que l’on dispose dans son logement d’un équipement générant de la condensation, comme une chaudière à condensation, il est important de se munir d’une pompe de relevage à condensats afin de maintenir le brûleur en bon état.

Cependant, certains appareils, comme divers modèles de climatiseurs ou pompes à chaleur, utilisent la force gravitaire pour évacuer les condensats. Ceux-ci tombent naturellement dans un bac prévu à cet effet (le bac à condensats), qu’il est nécessaire de nettoyer assez régulièrement. La fréquence de nettoyage du bac dépend de l’intensité de l’utilisation de l’appareil qui génère de la condensation.

https://www.cedeo.fr

Quelle pompes de relevage pour chaudière choisir ?

Il faut se poser les bonnes questions (pour cela Pascal Barret est à votre service)… A savoir, votre pompe doit-elle relever plusieurs unités en même temps ? Les eaux de condensation sont-elles chargées (poussières ou saletés) ? Le débit est-il important ? Etc…

Nous vous proposons chez ATC, deux types de pompes de relevage pour chaudière, de la marque Little Giant. 

Pompe Aspen VCMA 20S
Pompe Aspen VCC 20S
Pompe de relevage pour chaudière VCMA-20S Pompe de relevage pour chaudière VCC-20S
Hauteur de refoulement 4,3 m 4,3 m
Débit à 0m 294 l/h 294 l/h
Débit à 3m 156 l/h 156 l/h
Débit à 4,5m - -
Température 50°C 50°C
Dimension (LxlxH) 236x127x178 mm 305x127x129 mm
Capacité du bac 1,9 L 0,75 L
Hauteur du bac 92 mm 44 mm
Tube de refoulement Ø 6 ou 9 mm int. Ø 6 ou 9 mm int.
Poids 2,4 kg 1,9 kg
Moteur 230 V – 50Hz – 0.6A 230 V – 50Hz – 0.6A
Capacité de sécurité 5A maxi 5A maxi
Accessoires fournis Clapet anti-retour 6 et 9mm Clapet anti-retour 6 et 9mm

Comment entretenir sa pompe de relevage pour chaudière ?

L’acidité des condensats (pH) est effectivement assez forte : environ 3,5 avec une chaudière gaz condensation, et 2,5 pour une chaudière fioul condensation. Elle est issue du gaz carbonique de la combustion qui est emprisonné dans la vapeur d’eau lors de la condensation : il forme alors de l’acide carbonique.

https://blog.elyotherm.fr

Ces acides sont nocifs pour l’environnement, chez ATC, nous vous proposons Le neutraliseur d’acide Aspen Xtra FP1021. Une cartouche destinée au traitement des condensats nocifs produits par les chaudières à condensation domestiques.

  • Neutralise les acides pendant 12 mois
  • Débit d’eau maximum : 1L/min
  • Pression maximum : 2 bar
  • Température maximum des condensats : 80°C

Rappel de la législation française :

Les condensats sont assimilés aux eaux usées, ils doivent être traités : NF EN 12056-1, DTU n°60-1 : règle de l’art – 29-2 du règlement sanitaire départemental : amende de classe 3 – Code de l’environnement, art L216-6 : « Déverser ou laisser s’écouler une substance aux effets nuisibles… »

 

Vous avez aimé cet article ?

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkedin
Partager par e-mail
Retour haut de page

Newsletter

Recevez toute l'actualité ATC